lundi 21 novembre 2022

Les "matérionnettes" de Barbara Mélois

Barbara Mélois  n'est pas une marionnettiste traditionnelle. Et la plupart de ses créations sont éphémères.

Son truc, c'est de créer des personnages, un univers, une histoire avec un matériau qui n'est pas fait pour ça, papier kraft ou papier d'alu, et, pour le spectacle que nous avons vu dimanche, papier cristal, celui dont les fleuristes se servent pour envelopper leurs beaux bouquets.

Plié, froissé, découpé, et puis manipulé, le papier devient fée, poisson, carrosse, château… parfois source claire ou larmes inconsolables, grâce aux projecteurs qui le magnifient, lui donnent des couleurs rouges, bleues, chatoyantes. 

Peu importe l'histoire, en l'occurence inspirée de Cendrillon,  on est emporté par le foisonnement d'idées, d'images, d'émotions qu'elle crée avec… rien…

Un peu de papier transparent et brillant au cœur du château de Pierrefonds, dans l'Oise, comme un enchantement.



vendredi 24 juin 2022

Ludique, vous avez dit ludique ?

Selon vous, le jeu est-il toujours ludique ? 

Telle était la question posée lors de l’épreuve de français du Bac Pro 2022. Drôle de question, qui en a laissé plus d’un perplexe ! Si ludique = avec du jeu, ça sent son pléonasme. Ou son syllogisme (enfin, presque) : ludique c'est du jeu, donc tous les jeux sont ludiques.

Et sinon, c’est quoi, ludique ? Un jeu d'enfant, cette dissert !


Fun ? Amusant ? Distrayant ? 

Le ludique, on le met à toutes les sauces, il est de tous les projets : activité ludique, parcours ludique, présentation ludique, design ludique, spectacle ludique, approche ludique… Le ludique fait avaler bien des pilules : la pédagogie, les mathématiques, l’apprentissage, l’endurance, le sport… Mais parle-t-on jamais d’un ”jeu ludique” ? 


L'attitude ludique

Lorsque j’ai commencé à m’interroger à propos du JEU, sous la joyeuse influence du professeur Jacques Henriot (le philosophe, pas le fabricant de bols bretons), le mot ”ludique” n’était pas encore à la mode. À la lecture de son livre Le jeu*, on comprend que définir le jeu, le fait de jouer, n’est pas si simple ; on découvre l’importance de ce qu’il appelle l’attitude ludique : si je décide, si je sais que je joue, alors il y a jeu. En quelque sorte, le ludique qualifie non pas le jeu mais le joueur, toujours. 


Ludo, ludus… 

En latin, ludus se traduit aussi bien par ”jeu” que par ”école”.  Du coup, ludique n'est pas seulement amusant, c'est enrichissant aussi, ça t'apprend les choses de la vie, comme le dit Winnicott dans l'extrait donné pour l'épreuve de français :Jouer, c’est une  expérience, toujours une expérience créative […] une forme fondamentale de la vie”.


La question était : le jeu est-il toujours ludique ? Les candidats pouvaient s'appuyer sur deux documents montrant enfants et adultes en train de jouer.

Ludiques ou pas, les jeux d'équilibre présentés dans le tableau de Jacques-Laurent Agasse La place du jeu ? Piaget aurait dit : ce sont des jeux d'exercice.

Ludique ou pas, le jeu de cache-cache qui ne se déroule pas ”dans les règles” (extrait de Chanson douce, de Leïla Slimani) ? Un jeu dévié, un peu sadique.

Jeux d'exercice ou jeux déviés, un brin sadiques, comme souvent les jeux des ados.

Le jeu n’était pas facile, d’ailleurs ce n’était pas un jeu…


  • HENRIOT (J.) Le jeu, Paris, Synonyme SOR, 1983.